Aller au contenu principal

Cuba Rapport de pays

Niveau de risque du pays

Moyen

Vue d'ensemble

Executive Summary

Une fois que l'épidémie de virus COVID-19 se sera calmée, le président Miguel DÍaz-Canel devrait donner la priorité à l'ouverture progressive de l'économie à la participation du secteur privé dans des secteurs majeurs tels que le tourisme, la biotechnologie, les télécommunications et les services Internet, auparavant réservés à l'État. Parmi les autres objectifs, on peut citer le démarrage des opérations dans la zone spéciale de développement du port de Mariel grâce à des incitations fiscales. Il est peu probable que ces investissements compensent la perte de revenus touristiques due au durcissement des sanctions américaines depuis novembre 2017, l'impact de l'épidémie et la perte de recettes d'exportation suite à la détérioration de l'économie vénézuélienne. La mise en œuvre dans un an des changements constitutionnels approuvés par référendum le 24 février 2019 concernant le cadre des affaires du pays ne permettra probablement pas de garantir pleinement les droits de propriété, de permettre un arbitrage international ou d'autoriser des élections libres et équitables. Cela limitera l'amélioration générale du climat des affaires.Les investissements potentiels continueront d'être limités par les sanctions découlant de l'embargo américain. Les investisseurs non américains sont également confrontés à des risques élevés en matière de conformité et de réglementation, étant exposés aux effets extraterritoriaux de l'embargo américain. Ils risquent notamment de se voir infliger des amendes s'ils ont des intérêts commerciaux ou une présence directe aux États-Unis ou s'ils effectuent des transactions par l'intermédiaire du système financier américain ou en dollars américains. Il est très peu probable que l'embargo américain soit levé dans les deux ans à venir.Dans le contexte de la pandémie, IHS Markit prévoit que la croissance du PIB ralentira pour atteindre 4,7 % en 2020, contre un taux de croissance du PIB réel estimé à l'origine à 0,9 %.Cuba restera un système à parti unique, avec des réformes politiques démocratiques très peu probables. Certaines réformes économiques très progressives sont probables mais limitées afin de garantir la domination continue du PCC au pouvoir et d'empêcher des réformes démocratiques qui pluraliseraient le système politique. En attendant, les groupes dissidents faibles et divisés continueront probablement à être réprimés par les services de renseignement et les forces de sécurité, ce qui les empêchera de présenter une alternative politique viable.

Operational Outlook

Malgré les récentes réformes, l'environnement opérationnel de Cuba reste difficile. Les investissements étrangers sont étroitement contrôlés par le gouvernement. Les infrastructures sont sous-développées et ne devraient s'améliorer que modérément dans les trois ans à venir. Le système judiciaire n'est pas politiquement indépendant et la corruption est endémique, mais les niveaux sont toujours comparables à ceux des autres pays de la région. Les procédures bureaucratiques et les coûts réglementaires élevés résultant de la législation américaine sur l'embargo (en vigueur depuis 1960) et de la propagation de COVID-19 continuent de limiter les activités des entreprises étrangères. Les mesures visant à soutenir les investissements étrangers se limiteront probablement à un relâchement progressif du contrôle gouvernemental et à une législation du travail lourde.

Terrorism

Faible

Le risque d'activité terroriste à Cuba est très faible. En 1997, des groupes anticommunistes opérant depuis l'étranger, à savoir des groupes dissidents basés à Miami, ont fait exploser des engins explosifs improvisés dans trois lieux touristiques de La Havane, entraînant la mort d'un touriste italien. Aucun incident similaire n'a eu lieu depuis et il est très peu probable que cela se reproduise dans les deux ans à venir. Il y a un faible risque de détournement d'avion par des Cubains cherchant à quitter l'île. Les États-Unis ont retiré Cuba de la liste des pays qui soutiennent le terrorisme en 2015.

Crime

La criminalité de rue a systématiquement augmenté à la suite de l'effondrement de l'Union soviétique, bien que les taux de criminalité soient encore bien inférieurs aux normes des Caraïbes et de l'Amérique centrale et figurent parmi les plus bas de l'hémisphère. Les autorités se sont efforcées de faire en sorte que les incidents n'aient pas d'incidence négative sur le commerce touristique en plein essor. Les activités du marché noir et la corruption de bas niveau sont très répandues, étant donné que la plupart des propriétés et des entreprises privées sont illégales. Des mesures de répression périodiques contre la prostitution et le colportage illégal dans les rues réduisent - mais n'éliminent en aucun cas - le racolage dans les lieux publics. Le gouvernement cubain a adopté une position ferme contre le trafic de drogue.

War Risks

Cuba n'a aucun problème de délimitation des frontières maritimes avec un pays voisin et le risque de guerre interétatique est très faible. Le renversement par le président américain Donald Trump de la politique de normalisation des relations entre les États-Unis et Cuba menée par l'ancien président Barack Obama continuera probablement à avoir des effets négatifs sur les relations diplomatiques et commerciales. Le gouvernement cubain souligne toujours sa préparation à une "guerre populaire" en cas d'invasion par les États-Unis et reste déterminé à supprimer la base militaire américaine de Guantanamo Bay. Toutefois, un conflit armé entre les deux pays est très peu probable.

Social Stability

Le soutien des groupes dissidents devrait augmenter lentement malgré la forte répression. Les manifestations ont généralement lieu dans le centre de La Havane, près du Capitole et du Parc de la Fraternité, et dans la ville de Santiago, la deuxième plus grande du pays, située dans le sud-est. Les petites manifestations pacifiques, notamment à La Havane et à Santiago par les Dames en blanc (les épouses et les mères des prisonniers politiques actuels et anciens) sont souvent attaquées par des contre-manifestations de partisans du gouvernement qui sont généralement orchestrées par les services de sécurité. Le risque de dommages matériels pendant les manifestations est faible, bien que la propagation de COVID-19 augmente les pillages isolés.

Health Risk

Vaccins exigés à l'entrée

Aucune vaccination n'est exigée à l'entrée du pays.

Vaccins recommandés pour tout voyageur

Vaccins de routine : vérifiez auprès de votre médecin que vos vaccins de routine - à savoir les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la polio, la tuberculose, la grippe, la rougeole, les oreillons, la coqueluche, la rubéole et la varicelle - sont à jour.   

Vaccins recommandés pour la plupart des voyageurs

Typhoïde : le vaccin contre la typhoïde peut être administré par injection (en une seule dose) ou par voie orale (quatre doses). Le vaccin est efficace à 50-80 pourcent ; aussi, il convient de prendre toutes les précautions hygiéniques nécessaires lors d'un déplacement dans une zone à risque (cf. ne boire que de l'eau en bouteille, éviter les aliments insuffisamment cuits, se laver les mains régulièrement, etc.). Le vaccin injectable peut être administré dès l'âge de deux ans (six ans pour le vaccin oral).

Hépatite A : le vaccin est administré en deux doses, à six mois d'intervalle. Il est efficace à presque 100 pourcent. L'OMS préconise d'intégrer le vaccin contre l'hépatite A dans le calendrier national de vaccinations pour les enfants âgés d'un an ou plus.

Vaccins recommandés pour certains voyageurs

Hépatite B : l'OMS préconise que tous les nourrissons reçoivent la première dose dès que possible après la naissance (de préférence dans les 24 heures suivant l'accouchement). Cette première dose devra être complétée par deux ou trois autres du même type afin de terminer la série primaire. Les doses de rappel ne sont pas recommandées à tout âge.

Rage : la vaccination préexposition est conseillée pour les voyageurs se rendant dans des zones reculées et susceptibles d'être exposées à la rage (cf. régions ou environnements où la présence d'animaux errants - chiens, chats -, de chauves-souris et autres mammifères susceptibles d'être porteurs est avérée). Le vaccin est administré en trois doses sur une période de trois ou quatre semaines. La prophylaxie post-exposition est également disponible et doit être administrée dès que la personne a été exposée à un animal susceptible d'être porteur de la rage.

Natural Risks

La situation géographique de cet État le prédispose aux ouragans (du 1er juin au 30 novembre). L'ouragan Sandy en octobre 2012 avait causé d'importants dégâts aux habitations, tué 11 personnes et provoqué le déplacement de plus 300 000 individus. D'importants dommages ont été causés lors du passage de l'ouragan Matthew début octobre 2016, dans les provinces orientales de Guantánamo, Santiago de Cuba, et Holguín (cf. routes emportées par les eaux, lignes électriques détruites et habitations détruites). Malgré l'intensité de la tempête, aucune victime n'avait été signalée, en grande partie grâce aux mesures de prévention strictes et aux évacuations massives obligatoires.

Les séismes (de faible intensité) sont fréquents dans l'Est, mais occasionnent généralement peu de dégâts matériels majeurs et de fort rares victimes.

Transportation

Les conditions de circulation - y compris sur la route reliant le centre de La Havane à l'aéroport international José Martí (HAV) - sont loin d'être idéales ; les véhicules (idem pour les voitures de location) sont souvent en mauvais état, responsables d'un volume important d'accidents de la route. Les axes secondaires sont généralement mal entretenus, nécessitant parfois l'utilisation d'un véhicule tout-terrain. Si vous êtes impliqué dans un accident, vous n'êtes autorisé à quitter le pays que lorsque le cas est résolu (administrativement, pénalement). Pour ces raisons, il est conseillé d'éviter de conduire après la tombée de la nuit en dehors des zones urbaines et d'avoir, si possible, recours aux services d'un chauffeur agrée. En outre, les stations-service sont souvent rares dans les zones rurales, parfois espacées jusqu'à 100 km (60 mi) les unes des autres.

Pour des raisons de sécurité, ne prenez jamais de taxis privés (officieux) ni de «taxis de coco» à trois roues. Vérifiez que le taxi est immatriculé (taxi radio) avant de l'emprunter, en particulier dans les aéroports. Au second semestre 2016, la hausse du prix des carburants, la baisse des salaires et la pénurie d'essence ont réduit le nombre de taxis en service, notamment à La Havane.

En ce qui concerne le transport aérien, les normes de sécurité des compagnies aériennes nationales sont bonnes et les normes internationales sont respectées. Toutefois, les retards et annulations de vols sont relativement fréquents ; les réservations de vol doivent souvent être reconfirmées plusieurs jours avant la date du voyage ; à défaut, le billet pourrait être annulé. Sur une note similaire, des vols commerciaux directs entre Cuba et les États-Unis ont été lancés pour la première fois depuis des décennies fin août 2016.

Practical Information

Climat

Le climat est tropical avec une saison sèche de novembre à mai et une saison humide de juin à octobre (pluies violentes mais courtes). Il fait un peu plus chaud en été qu'en hiver (27° contre 22°C). Les pluies les plus importantes surviennent en septembre et octobre, lors de la saison des cyclones.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 53
Police: 106
Pompiers: 105

Electricité

Voltage: 110/220 V ~ 60 Hz

Prises:

Niveau de risque
Critique Haute Moyen Faible Minimale