Aller au contenu principal

Salvador Rapport de pays

Niveau de risque du pays

Haute

Vue d'ensemble

Executive Summary

Le président Nayib Bukele a pris ses fonctions le 1er juin 2019 après avoir obtenu 53 % des voix. C'est la première fois que le parti de la Grande alliance pour l'unité nationale (Gran Alianza por la Unidad Nacional : GANA) occupe la présidence. En raison de leur minorité de 11 députés à l'Assemblée législative qui compte 84 sièges, Bukele doit négocier avec les partis d'opposition pour faire adopter son programme. Malgré cette position législative généralement précaire, en 2020, M. Bukele a défié les votes du Congrès et les ordres de la Cour constitutionnelle concernant les mesures de verrouillage liées à la pandémie du virus COVID-19, ce qui indique que l'adoption de son programme politique risque d'être retardée jusqu'aux élections législatives de février 2021 en raison des objections de l'opposition à la stratégie de gouvernance de M. Bukele.Malgré les différends politiques, l'Assemblée nationale a approuvé des dépenses d'urgence de 2 milliards de dollars pour mettre en œuvre une série de mesures de sauvetage économique et de suppléments de salaire individuels pour les chômeurs afin de contribuer à atténuer les effets de la pandémie. Le Salvador a également obtenu en juillet l'accès à une émission d'un milliard de dollars à 9,5 % pour 2052. Selon nos prévisions, l'activité économique se contractera de 7,8 % du PIB en 2020 en raison de l'affaiblissement de la demande intérieure et de la perte de plus de 65 731 emplois, mais elle devrait rebondir modestement en 2021, en même temps que l'économie américaine grâce à l'augmentation de la demande extérieure et à la dissipation des retombées négatives de la pandémie. Le secteur agricole du Salvador a été fortement touché, en particulier par la perte de plus de 22 millions de dollars de production agricole en raison des tempêtes. Le plan de contrôle territorial de Bukele, d'un montant de 575,2 millions de dollars, cible les contrôles territoriaux, les opérations et le financement des gangs afin de lutter contre la criminalité violente au Salvador. Le Salvador a fait état d'une réduction de 28,7 % des homicides, qui sont passés à 36 pour 100 000 habitants en 2019, soit 2 383 au total, contre 3 346 morts violentes enregistrées en 2018, avec une baisse particulièrement marquée après l'entrée en fonction de Bukele.

Operational Outlook

Les entreprises opérant au Salvador sont susceptibles d'être confrontées à des défis opérationnels, notamment de longues procédures bureaucratiques pour obtenir des permis, un manque de clarté sur les processus commerciaux, une mauvaise exécution des contrats et une corruption politique persistante. En raison des problèmes fiscaux actuels du gouvernement, les entreprises ayant des contrats de services publics sont également confrontées à des retards de paiement occasionnels, en particulier au niveau municipal. Le manque d'infrastructures de transport adéquates et la pénurie de main-d'œuvre qualifiée entravent encore davantage la compétitivité du pays. Toutefois, l'attitude du gouvernement à l'égard des investissements directs étrangers reste globalement positive, les gouvernements successifs s'étant engagés à modifier la réglementation relative aux entreprises et à procéder à une réforme fiscale.

Terrorism

Il n'y a pas de groupes terroristes connus au Salvador ayant l'intention ou la capacité d'entreprendre des attaques terroristes contre des biens commerciaux, militaires ou gouvernementaux. Toutefois, les gangs de rue (maras) sont classés comme des organisations terroristes en vertu du droit national. Les gangs sont capables de cibler les forces de sécurité et les entreprises du secteur privé avec des armes à feu dans des points chauds violents comme San Salvador. En 2019, de violentes campagnes menées par des gangs contre les forces de sécurité ont entraîné le meurtre d'au moins 17 soldats et 25 policiers. Certains membres du Congrès ont proposé des changements constitutionnels afin d'autoriser la peine de mort pour les homicides commis par les gangs.

Crime

La violence entre les deux principaux gangs du Salvador, la Mara Salvatrucha (MS-13) et le Barrio 18 (M-18), devrait continuer à diminuer en 2020, bien que les crimes d'extorsion devraient augmenter une fois que le verrouillage lié à la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) sera levé. Les menaces restent élevées dans les départements de Santa Ana, San Miguel et San Salvador. L'extorsion reste la principale source de revenus des gangs, qui ciblent les entreprises et les particuliers dans tout le pays. Dans la capitale, San Salvador, les risques comprennent l'extorsion, les délits mineurs, les vols et les agressions armées, concentrés dans le centre ville et la Colonia Centroamérica ; Colonia Escalon et Santa Rosa ont plusieurs rapports récents de voleurs ciblant les clients des restaurants.

War Risks

Les conflits en cours avec le Honduras et le Nicaragua sur la délimitation des frontières dans le golfe de Fonseca ne devraient pas entraîner d'escalade militaire. Le Salvador a mis en place une limite de séjour temporaire de 72 heures pour les véhicules étrangers en tant que mesure de confinement liée à la maladie coronavirus 2019 (COVID-19), mais il est peu probable que cela ait un impact sur les relations diplomatiques ou de sécurité avec ses voisins. Le Salvador a chargé ses militaires de la sécurité publique et du déploiement de prisons pour lutter contre les niveaux élevés de violence perpétrés par les gangs au cours de la dernière décennie. L'utilisation des forces militaires pour contrer les gangs et les organisations de trafiquants devrait se poursuivre dans les douze mois à venir.

Social Stability

Les risques liés aux manifestations sont atténués par la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) - les contrôles de sécurité liés au virus limitant fortement les mouvements du public. Cependant, la taille et la fréquence des manifestations sont beaucoup plus faibles que dans les États voisins. Les questions les plus susceptibles de provoquer des manifestations, concentrées à San Salvador, comprennent la distribution d'eau et la distribution de nourriture et de compléments de salaire pendant la pandémie COVID-19. Les participants seraient des travailleurs du secteur public, des groupes communautaires locaux et des employés du secteur des transports. Les manifestations se déroulent généralement en moins d'une journée et sont largement pacifiques, avec de faibles risques de dommages aux biens et aux installations, en suivant un itinéraire le long de Juan Pablo II jusqu'à l'Assemblée législative et au centre gouvernemental de San Salvador.

Health Risk

Vaccins exigés à l'entrée

Fièvre jaune : il n'y a pas de risque de contracter la fièvre jaune au Salvador. Cependant, un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est exigé des voyageurs en provenance d'un pays où le risque de transmission de la maladie existe. Une seule dose du vaccin suffit pour conférer une protection à vie contre la maladie.

Vaccins recommandés pour tout voyageur

Vaccins de routine : vérifiez auprès de votre médecin que vos vaccins de routine - à savoir les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la polio, la tuberculose, la grippe, la rougeole, les oreillons, la coqueluche, la rubéole et la varicelle - sont à jour.   

Vaccins recommandés pour la plupart des voyageurs

Hépatite A : le vaccin est administré en deux doses, à six mois d'intervalle. Il est efficace à presque 100 pourcent. L'OMS préconise d'intégrer le vaccin contre l'hépatite A dans le calendrier national de vaccinations pour les enfants âgés d'un an ou plus.

Typhoïde : le vaccin contre la typhoïde peut être administré par injection (en une seule dose) ou par voie orale (quatre doses). Le vaccin est efficace à 50-80 pourcent ; aussi, il convient de prendre toutes les précautions hygiéniques nécessaires lors d'un déplacement dans une zone à risque (cf. ne boire que de l'eau en bouteille, éviter les aliments insuffisamment cuits, se laver les mains régulièrement, etc.). Le vaccin injectable peut être administré dès l'âge de deux ans (six ans pour le vaccin oral).

Vaccins recommandés pour certains voyageurs

Hépatite B : l'OMS préconise que tous les nourrissons reçoivent la première dose dès que possible après la naissance (de préférence dans les 24 heures suivant l'accouchement). Cette première dose devra être complétée par deux ou trois autres du même type afin de terminer la série primaire. Les doses de rappel ne sont pas recommandées à tout âge.

Paludisme : il n'existe actuellement aucun vaccin homologué contre le paludisme. Cependant, certains traitements antipaludiques sont disponibles par ordonnance et peuvent réduire le risque d'infection jusqu'à 90 pourcent. Le type de traitement prescrit varie en fonction du niveau de risque et de la virulence des souches virales du pays ou de la région visité(e).  La prise d'antipaludiques doit être effectuée durant l'intégralité du voyage ; elle peut être poursuivie quatre semaines après avoir quitté la zone à risque.

Rage : la vaccination préexposition est conseillée pour les voyageurs se rendant dans des zones reculées et susceptibles d'être exposées à la rage (cf. régions ou environnements où la présence d'animaux errants - chiens, chats -, de chauves-souris et autres mammifères susceptibles d'être porteurs est avérée). Le vaccin est administré en trois doses sur une période de trois ou quatre semaines. La prophylaxie post-exposition est également disponible et doit être administrée dès que la personne a été exposée à un animal susceptible d'être porteur de la rage.

Natural Risks

Le Salvador est très vulnérable aux catastrophes naturelles, avec une activité sismique développée.

Les tremblements de terre sont fréquents et causent parfois des dommages matériels importants. Les séismes off-shore peuvent provoquer des tsunamis qui menacent la zone côtière. Un puissant séisme de magnitude 7,2 sur l'échelle de Richter avait frappé la côte du Salvador en novembre 2016. Cependant, aucun blessé et aucun dommage matériel n'avaient été rapportés et le tremblement de terre n'avait pas déclenché de tsunami. Deux autres séismes avec une magnitude de 7 ou plus avaient touché le pays en 2001 et 1986, causant des dommages importants.

Le pays abrite  une  vingtaine de volcans, dont trois (San Miguel / Chaparrastique, Santa Ana et Izalco) montrent occasionnellement des signes d'activité. La dernière éruption remonte à 2014.

La saison des pluies du Salvador dure de mai/juin à octobre/novembre ; durant cette période, des inondations peuvent survenir, accompagnées de glissement de terrains dans les zones montagneuses. Cela coïncide avec les saisons des tornades de l'Atlantique et du Pacifique (juin à novembre) ; bien que rarement touché par les ouragans et les pluies tropicales, le pays est souvent affligés par des pluies torrentielles. Le Centre National des Ouragans basé aux États-Unis suit de près toutes les activités cycloniques en Amérique Centrale. 

De plus amples informations, ainsi que des alertes et des recommandations concernant les risques naturels sont disponibles (en espagnol) sur le site de la protection civile du gouvernement.

Transportation

Il est recommandé d'éviter de voyager la nuit et d'être vigilant sur les routes (habitudes de conduite, attaques armées aux feux rouges et aux stops, etc.). Ceci dit, les routes principales sont en bon état avec une signalisation suffisante. Les perturbations des transports sont possibles durant les saisons des pluies en raison des inondations et des glissements de terrain (voir section Risques Naturels). A cause du risque élevé d'accidents de la route et des attaques armées, il est conseillé d'éviter de conduire de nuit, à l'exception d'entre San Salvador et l'aéroport international Monseñor Óscar Arnulfo Romero (SAL, aussi connu sous le nom d'aéroport international Comalapa).

En théorie, les frontières terrestres avec le Guatemala et le Honduras sont ouvertes 24h/24 7j/7, mais la traversée des frontières peut être fermée sans notice préalable, en particulier après la tombée de la nuit. Si possible, prévoir la traversée durant la journée.

Practical Information

Climat

Le climat est tropical sur la côte, semi-tropical sur le plateau central et tempéré en montagne. Lors de la saison sèche (novembre à avril), l'air est sec et chaud. De mai à octobre, il pleut quasiment tous les jours et des ouragans peuvent se produire. Les écarts de températures sont faibles entre le jour et la nuit sur la côte pacifique et tout au long de l'année (25° à 29°C). Elles sont plus fraîches en altitude : sur le plateau, la température moyenne est de 23°C et en montagne, elle varie entre 12°C et 23°C avec parfois une chute à 0°C.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 503
Police: 911

Electricité

Voltage: 115V ~ 60 Hz

Prises:

Niveau de risque
Critique Haute Moyen Faible Minimale