Aller au contenu principal

Soudan Rapport de pays

Niveau de risque du pays

Haute

Vue d'ensemble

Executive Summary

L'autorité de transition du Soudan, le Conseil Souverain, et la coalition armée, les Forces Révolutionnaires Soudanaises (SRF), ont initié le 31 août un accord de paix global après une année de négociations, dans la capitale du Sud Soudan, Juba. Cet accord met officiellement fin aux hostilités dans les zones de conflit du Soudan, à savoir le Darfour, les "deux zones" (Kordofan Sud et État du Nil Bleu), le centre du Soudan, l'est du Soudan et le nord du Soudan.L'accord de paix devrait réduire la probabilité d'attaques à travers le Soudan, en particulier contre le personnel et les bases militaires et les biens du gouvernement. Bien que le SPLM-N dirigé par El Hilu, qui est le groupe armé le plus compétent opérant dans le Kordofan Sud et le Nil Bleu, n'ait pas signé l'accord, il est peu probable que les attaques planifiées reprennent, car toute attaque risquerait de compromettre ses perspectives de participation aux affaires du gouvernement. Indépendamment de toute intention renouvelée d'organiser des attaques, les groupes armés ont une capacité limitée pour le faire.L'accord de paix devrait permettre la mise en place d'une nouvelle politique, améliorant les chances du Soudan de recevoir des financements internationaux à des conditions préférentielles pour aider son économie à se redresser. L'accès du Soudan à l'aide financière internationale est toutefois subordonné au retrait des États-Unis de la liste des États qui parrainent le terrorisme. Si les États-Unis ne retirent pas le Soudan de la liste, la reprise économique du pays sera retardée, ce qui augmentera la probabilité de nouvelles protestations populaires contre les prix élevés des denrées alimentaires et les pénuries. Le PIB réel du Soudan devrait encore se contracter de 8,4 % en 2020 en raison des restrictions liées à l'épidémie de coronavirus de 2019 (COVID-19). L'hyperinflation devrait atteindre une moyenne de 135 % cette année en raison de la pénurie de devises étrangères, de la monétisation et de la dépréciation du taux de change. Le taux de change du marché noir, qui s'applique à 80 % des transactions, a atteint près de 190 SDG par dollar américain à la fin du mois d'août 2020. Le gouvernement a l'intention de mettre en place des réformes majeures, notamment la dévaluation progressive du taux officiel, la réduction des subventions aux carburants et la libéralisation du marché de l'or (le plus grand produit d'exportation du Soudan), ce qui pourrait augmenter considérablement les recettes.

Operational Outlook

L'économie du Soudan était largement contrôlée par les services militaires et de sécurité de l'ancien président Omar al-Bashir. Les appels d'offres directs non concurrentiels sont courants et favorisent les alliés politiques. La nomination d'un gouvernement en grande partie civil réduit la probabilité de démembrement des actifs lors des campagnes de privatisation pour encourager la diversification non pétrolière, en vendant des actifs de grande valeur pour augmenter leur valeur nette. Cette tactique est très répandue dans le secteur de l'immobilier. Le partage du pouvoir entre les militaires et les civils réduit la probabilité d'une action intersectorielle de la Sudanese Professionals Association, qui est à la tête des protestations, mais les grèves localisées risquent de persister jusqu'à ce que les indicateurs macroéconomiques s'améliorent.

Terrorism

L'accord de partage du pouvoir signé en août 2019 entre l'armée et la coalition d'opposition augmente les chances de réussite des négociations de paix entre l'autorité de transition et les groupes armés soudanais. Bien que les négociations de paix aient été reportées au 9 avril, cela réduit la probabilité d'attaques visant les bâtiments gouvernementaux et les forces de sécurité, en particulier dans les zones de conflit du Darfour, du Nil Bleu et du Kordofan méridional. Toute attaque risquerait de compromettre les perspectives de participation et de représentation des groupes armés pendant la transition. Indépendamment de toute intention renouvelée d'organiser des attaques, les groupes armés ont une capacité limitée pour le faire, y compris un arsenal limité de petites armes, en particulier des attaques contre les ressources énergétiques, qui sont généralement protégées par les forces armées gouvernementales.

Crime

Les réseaux criminels organisés opèrent dans la région du Darfour et présentent des risques d'extorsion et de vol pour le fret commercial au sol et les organisations non gouvernementales, et dans une moindre mesure, dans la région orientale. Des points de contrôle illégaux improvisés sont courants dans toute la région et les véhicules sont susceptibles d'être victimes d'extorsion. Les groupes de criminalité organisée tchadiens affiliés à des éléments de l'Union des forces pour la démocratie et le développement, qui a été dissoute, ciblent les cargaisons qui transitent sur le tronçon soudanais de l'autoroute A5 entre Abéché au Tchad et Al-Junaynah au Soudan, un couloir d'approvisionnement stratégique. Le trafic de biens et de personnes se produit régulièrement le long de la frontière soudano-érythréenne, généralement facilité par des membres du groupe ethnique Rashaida. Le nouveau gouvernement va probablement chercher à améliorer la transparence sur les crimes financiers, bien que nous nous attendions à ce que les enquêtes ne ciblent que quelques personnes proches de l'ancien président Bashir. Cela permettrait néanmoins d'améliorer les chances du Soudan d'être retiré de la liste des États américains qui parrainent le terrorisme dans les perspectives à un an.

War Risks

Avant le renversement d'Omar al-Bashir en avril 2019, l'Égypte était menacée par l'engagement du Soudan avec la Turquie et l'Éthiopie, et par le blocage des négociations sur le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne. Néanmoins, le leader du Conseil de transition, Abdel Fattah al-Burhane, est un allié solide de l'Égypte, ce qui réduit le risque de conflit. Par ailleurs, les conflits de souveraineté déclenchent des escarmouches à la frontière avec le Sud-Soudan ; cependant, la dépendance économique mutuelle du maintien du transit du pétrole par le Soudan faciliterait une désescalade. Les points chauds sont le Heglig et l'Abyei, ainsi que le Malakal, à la frontière du Nil Bleu et du Kordofan Sud, qui contrôle l'accès aux blocs pétroliers 3 et 7. Le Sud-Soudan a des capacités militaires moindres que le Soudan.

Social Stability

L'accord de partage du pouvoir entre l'armée et la coalition d'opposition a considérablement réduit la probabilité de manifestations de grande envergure à Khartoum et dans les autres grandes villes du Soudan, comme Atbara et Port Soudan. Des manifestations de moindre envergure sont toutefois probables autour de la corruption et de l'inefficacité bureaucratique, ainsi que des protestations localisées et largement pacifiques qui risquent fort de se reproduire dans les villes de province, en raison des prix élevés des denrées alimentaires et des pénuries de carburant. D'autant plus qu'Hemedti cherchera probablement à sauvegarder ses intérêts et ceux de la vieille garde bachirienne.

Health Risk

Un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est demandée lors des voyages en provenance d'un pays présentant des risques de transmission de la fièvre jaune pour les personnes âgées de plus d'un an. Un certificat peut être demandé pour les voyageurs en partance du Soudan.

Systématiquement

Fièvre jaune : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an.

Hépatite A : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an. Pour les personnes nées avant 1945, ayant passé leur enfance dans un pays en développement ou ayant des antécédents d'ictère, une recherche préalable d'anticorps sériques (Ig G) peut éviter une vaccination inutile.

Hépatite B : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge de deux mois.

Diphtérie, tétanos, poliomyélite : le vaccin doit être mis à jour si nécessaire (rappel tous les dix ans).

En fonction de la durée et des modalités du séjour

Fièvre typhoïde : si le séjour doit se dérouler dans des conditions d'hygiène précaires (pour les enfants : à partir de l'âge de deux ans).

Rage : pour des séjours prolongés en situation d'isolement (pour les enfants : dès qu'ils sont en âge de marcher).

Méningite à méningocoques : pour des séjours prolongés, ou en cas de contact étroit avec la population locale en période et en zone d'épidémie (pour les enfants : à  partir de l'âge de 2 ans).

Pour les enfants : toutes les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français devront également être à jour. Dans le cas d'un long séjour, le BCG est recommandé dès le premier mois et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole dès l'âge de 9 mois.

Paludisme : chimioprophylaxie conseillée contre le paludisme : méfloquine (nom commercial : Lariam) ou doxycycline (nom commercial : Doxypalu).

Natural Risks

De mars à août, le Soudan subit des tempêtes de sable (les « haboobs ») pouvant s'avérer intenses et provoquer des difficultés respiratoires et d'importantes perturbations dans les transports.

Par ailleurs, certaines régions centrales et méridionales connaissent des pluies durant l'été (juillet à septembre) ; bien qu'elles soient généralement de faible ampleur, elles sont susceptibles de provoquer des crues subites. Durant l'été 2016, plus de 122 000 personnes avaient été affectés par d'importantes inondations et 13 000 habitations détruites. En conséquence, l'accès à l'eau potable, à la nourriture et aux infrastructures sanitaires s'en est trouvé compliqué, et ce notamment dans les régions isolées et pauvres où diverses maladies ont émergé. Par ailleurs, de nombreux axes routiers sont impraticables lors de ces événements pluvieux.

Transportation

Haute

De nombreuses zones du territoire soudanais sont soumises à d'importantes restrictions de déplacement. Pour tout voyage en dehors de l'État de Khartoum, les ressortissants étrangers doivent impérativement solliciter un « travel book » auprès des autorités compétentes : à l'étranger, l'ambassade du Soudan au moment de la demande de visa ; à Khartoum, au ministère du Tourisme. La délivrance de ce permis se fait sous 48 heures. Il convient de toujours le conserver avec soi, celui-ci étant requis par les autorités aux checkpoints.

S'agissant des déplacements à proprement parler, signalons que l'essentiel du réseau routier n'est pas goudronné et est constitué de pistes en plus ou moins bon état. Durant la saison des pluies (juillet à septembre), les routes sont souvent impraticables. Le non-respect du Code de la route par les usagers ne fait qu'accroître le risque d'accident. Les déplacements de nuit sont à proscrire. En tout état de cause, tout déplacement en dehors de la capitale doit se faire en convoi d'au moins deux véhicules, si nécessaire sous escorte armée,  avec des pièces mécaniques de rechange (roues de secours, câbles, etc.), des réserves en essence (les stations-services se faisant rares dans les zones rurales), en eau et en nourriture ainsi qu'avec des moyens de communications fiables.

Il importe également de varier autant que possible les horaires et itinéraires de déplacement et de prévenir une personne de confiance avant tout départ.

Le recours aux transports publics doit être évité en raison de la faible maintenance des véhicules et du comportement dangereux des conducteurs. Un réseau de transport privé par autobus relie plusieurs villes du pays.

Les vols intérieurs sont assurés pour l'essentiel par des compagnies aériennes soudanaises. Ces dernières étant toutes placées sur la liste noire de l'Union Européenne, leur utilisation doit être évitée, et ce d'autant que les accidents ne sont pas rares. Un vol international de Sudan Airways s'était écrasé le 10 juin 2008 à l'atterrissage à Khartoum (30 morts sur les 214 occupants) ; un appareil de la compagnie soudanaise Tarco Airlines s'est écrasé, également à l'atterrissage, à Zalingei le 11 novembre 2010 (six victimes).

Signalons enfin que, si un réseau ferroviaire existe (reliant notamment Khartoum à Port-Soudan), ses conditions de sécurité et de confort en font une option très aléatoire.

Practical Information

Climat

Le climat du Soudan varie selon les régions. Le nord et le nord-ouest (désert libyen) sont arides (les pluies sont rares) ; des tempêtes de sable sont fréquentes d’avril à septembre. Le centre reçoit quelques précipitations en juillet et en août tandis que la saison des pluies a lieu au sud de mai à octobre. Les étés sont très chauds, voire caniculaires dans tout le pays ; les hivers sont plus frais dans le nord.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 249
Police: 999
Pompiers: 999
Ambulances: 999

Electricité

Voltage: 230 V ~ 50 Hz

Prises:

Niveau de risque
Critique Haute Moyen Faible Minimale