Aller au contenu principal

Soudan sud Rapport de pays

Niveau de risque du pays

Critique

Vue d'ensemble

Executive Summary

Le gouvernement d'unité nationale de transition revitalisé du Sud-Soudan (RTGoNU) a été formé le 22 février. Le président sortant Salva Kiir conserve la présidence et l'ancien principal leader de l'opposition Riek Machar est installé comme premier vice-président. Kiir a fait plusieurs concessions, telles que l'octroi à la faction SPLM-IO de Machar du contrôle du ministère du pétrole et du ministère de la défense, mais il contrôle des fonctions gouvernementales clés telles que les revenus du pétrole et du gaz et la nomination des gouverneurs régionaux.L'accord de paix de 2018 et les défections constantes de hauts commandants militaires du MPLS-IO de Machar au MPLS de Kiir indiquent qu'il y a peu de chances que la guerre civile intense qui perturbe la production pétrolière reprenne. Cependant, le Front de salut national (NAS) est exclu de l'accord de paix de 2018 et lutte contre les troupes gouvernementales et les combattants du MPLS-IO dans les régions de l'Equatoria après l'échec d'un cessez-le-feu en janvier 2020.La dépendance du Soudan à l'égard des exportations de pétrole du Sud-Soudan et la probable condamnation internationale de toute attaque soudanaise contre le Sud-Soudan réduisent considérablement la probabilité d'un conflit interétatique entre les deux pays. La redevance fixe de transit du pétrole avec le Soudan jusqu'en 2022 est un prix fixe, qui convient au Sud-Soudan dans un contexte de prix du pétrole élevés ; la réduction des prix du pétrole en mars 2020 indique que les recettes de l'État du Sud-Soudan seront fortement réduites cette année par rapport à 2019. Le Sud-Soudan a reporté un cycle d'appel d'offres pour l'octroi de licences qui était prévu pour mars 2020. Le forage sauvage prévu précédemment en 2020 sur des champs fermés et une augmentation de la production de pétrole d'environ 175 000 barils par jour à la mi-2019 sont désormais peu probables, car une grande partie de l'exploration et de la production devient non rentable. La faiblesse des recettes pétrolières a provoqué une inflation et de graves pénuries de devises étrangères, entraînant une hausse des prix déjà élevés des biens, notamment de l'eau et de la nourriture.

Operational Outlook

Des risques opérationnels importants existent au Sud-Soudan. La corruption est endémique, et l'État n'a guère la capacité ou la volonté de lutter contre ces pratiques. Si un gouvernement d'unité est formé comme prévu, les parties adverses atténueront probablement, dans une faible mesure, les risques de corruption de l'élite en offrant un frein à cette pratique rampante au sein du gouvernement. Indépendamment de la formation d'un nouveau gouvernement, les risques de corruption resteront très élevés au cours de l'année prochaine. Le Sud-Soudan n'a pas de syndicats actifs et n'a pas d'antécédents d'activisme environnemental ou social.

Terrorism

Depuis l'accord de paix du 12 septembre 2018 entre le président Salva Kiir et le principal dirigeant de l'opposition Riek Machar, les combats de la guerre civile ont considérablement diminué. Toutefois, les violences perpétrées par des groupes rebelles qui ne sont pas signataires du récent accord de paix indiquent que des risques importants d'attaques militantes subsistent. La mise en place d'un gouvernement de transition, prévue en février 2020, augmenterait la probabilité d'une guerre civile à Djouba car des combattants loyaux à chacun des dirigeants rivaux du Sud-Soudan seraient stationnés dans la ville et des conflits entre Kiir et Machar sur la composition de l'armée du Sud-Soudan et les frontières intérieures seraient probables.

Crime

Le risque de criminalité est important dans tout le Sud-Soudan, mais il culmine dans la capitale, Djouba, où des crimes allant du vol mineur et opportuniste à la violence physique sont souvent attribués au personnel des forces de sécurité. Le risque de larcin est particulièrement élevé à Djouba, en partie à cause du coût élevé des marchandises quotidiennes importées et de l'absence de devises fortes pour les importations. Le niveau élevé de possession d'armes à feu dans le pays signifie que l'utilisation d'armes à feu est courante lors de vols qualifiés, d'invasions de domicile (surtout d'enceintes) et de vols de voitures. Les forces de sécurité sont extrêmement faibles et souvent complices de vols, avec une présence très minime en dehors de la capitale, et les systèmes judiciaires non étatiques sont répandus. Les taux élevés de pauvreté et de chômage sont susceptibles de continuer à encourager la criminalité.

War Risks

Il est peu probable que le Sud-Soudan s'engage dans un conflit interétatique avec le Soudan en raison de l'intérêt financier des deux pays à assurer de nouvelles exportations de pétrole du Sud-Soudan au Soudan. Les accords de cessez-le-feu et de paix signés par le président Salva Kiir et le principal dirigeant de l'opposition Riek Machar atténuent les risques de conflit civil au Sud-Soudan, mais les affrontements armés impliquant des groupes non signataires de l'accord de paix risquent fort de continuer. Si le gouvernement de transition se forme comme prévu en février 2020, les dirigeants de l'opposition retourneront à Juba avec leurs propres combattants, qui rivaliseront avec ceux du gouvernement, ce qui augmentera la probabilité d'une reprise de la guerre civile.

Social Stability

Haute

La violence intercommunautaire de longue date - principalement le vol de bétail et l'enlèvement d'enfants - continuera probablement à représenter une menace pour les habitants des États de Jonglei et de Boma. Des protestations populaires devant les ambassades occidentales et les biens des Nations Unies sont peu probables mais le deviendraient de plus en plus suite à des décisions politiques controversées concernant le Sud-Soudan prises par des acteurs étrangers. Par exemple, des centaines de personnes à Juba ont protesté contre l'embargo sur les armes du 2 février 2018 imposé au Sud-Soudan par les États-Unis.

Health Risk

Le pays n'a pas fait part de ses conditions relatives au certificat de vaccination contre la fièvre jaune.

Systématiquement

Fièvre jaune : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an.

Hépatite A : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an. Pour les personnes nées avant 1945, ayant passé leur enfance dans un pays en développement ou ayant des antécédents d'ictère, une recherche préalable d'anticorps sériques (Ig G) peut éviter une vaccination inutile.

Hépatite B : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge de deux mois.

Diphtérie, tétanos, poliomyélite : le vaccin doit être mis à jour si nécessaire (rappel tous les dix ans).

En fonction de la durée et des modalités du séjour

Fièvre typhoïde : si le séjour doit se dérouler dans des conditions d'hygiène précaires (pour les enfants : à partir de l'âge de deux ans).

Rage : pour des séjours prolongés en situation d'isolement (pour les enfants : dès qu'ils sont en âge de marcher).

Méningite à méningocoques : pour des séjours prolongés, ou en cas de contact étroit avec la population locale en période et en zone d'épidémie (pour les enfants : à  partir de l'âge de 2 ans).

Pour les enfants : toutes les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français devront également être à jour. Dans le cas d'un long séjour, le BCG est recommandé dès le premier mois et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole dès l'âge de 9 mois.

Paludisme : chimioprophylaxie conseillée contre le paludisme : méfloquine (nom commercial : Lariam) ou doxycycline (nom commercial : Doxypalu).

Natural Risks

Le Soudan du Sud souffre à la fois de sécheresses et de crues éclaires, ces dernières pouvant rendre l'accès aux axes routiers impossibles.

Par ailleurs, quelques failles sismiques traversent le Soudan du Sud, mais les tremblements de terre d'intensité majeure sont rares.

Transportation

Concernant le transport aérien, le Soudan du Sud est desservi par plusieurs grandes compagnies, dont Kenya Airways, Jetlink, Fly Dubaï ou encore Ethiopian Airlines. Les vols intérieurs et ceux à destination de Khartoum (Soudan) sont assurés par des compagnies locales (cf. Marsland, Sudan Airways, Tarco Air, Sun Air) placées sur la "liste noire'' européenne.

Le pays ne dispose que d'une centaine de kilomètres de routes asphaltées (dans la capitale Djouba, essentiellement). Ailleurs, la circulation se fait sur des pistes (terre) peu praticables lors de la période des pluies (avril à septembre).

La dangerosité des axes routiers est accrue par le non-respect du code de la route par les usagers, le non-entretien des véhicules, le mauvais état des axes et l'absence de structures de soins. L'absence d'éclairage public, le défaut de signalisation et la présence d'individus armés arrêtant les véhicules pour rançonner leurs occupants font que tout trajet de nuit doit être banni. En dehors des agglomérations, tous les déplacements doivent donc se faire de jour, en véhicule tout terrain (4x4) et muni de réserves suffisantes en eau, en nourriture et en carburant. Il convient également de veiller à ce que le véhicule contienne des pièces mécaniques de rechange (roue, câbles, etc.) et dispose de moyens de télécommunication opérationnels. Certaines chancelleries diplomatiques sensibilisent les voyageurs étrangers sur les nombreux checkpoints érigés à la nuit tombée (menaces, extorsions diverses…).

Les axes de Juba-Yei, de Juba-Torit et de Juba-Nimule sont particulièrement dangereux en raison de la présence d'hommes armés connus pour commettre des attaques à l'encontre des civils.

Les transports publics existent mais leur sérieux, plus encore leur sécurité, sont à minima sujets à caution. L'usage des motos-taxis (« boda-boda ») est formellement déconseillé.

Il n'y a pas de réseau ferroviaire dans le pays.

Practical Information

Climat

Le Sud-Soudan est caractérisé par un climat essentiellement tropical. Les températures sont élevées toute l’année, avec une moyenne se situant entre 21 et 35 degrés. La saison des pluies dure de mai à octobre ; lors de cette dernière, des inondations peuvent survenir.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 211
Police: 999
Pompiers: 999
Ambulances: 999

Electricité

Voltage: 230 V ~ 50 Hz

Prises:

Niveau de risque
Critique Haute Moyen Faible Minimale