Aller au contenu principal

RD du Congo Rapport de pays

Niveau de risque du pays

Critique

Vue d'ensemble

Executive Summary

L'état d'urgence de la RDC concernant COVID-19 a pris fin le 22 juillet ; les aéroports et l'aéroport international ont été rouverts le 15 août. Dans les quartiers urbains les plus pauvres touchés par l'épidémie (en particulier à Kinshasa), il est probable que des manifestations antigouvernementales localisées et le pillage des installations médicales, des pharmacies et des magasins voisins qui en découle aient eu lieu. Les forces de sécurité vont probablement contenir les manifestations, qui ne compteront que quelques milliers de participants, et protéger les principaux bâtiments gouvernementaux, commerciaux et diplomatiques. Le président Felix Tshisekedi cherche probablement à consolider son pouvoir aux dépens de l'ancien président Joseph Kabila (2001-19), toujours très influent. L'alliance du Front commun pour le Congo (FCC) de Kabila domine l'Assemblée nationale et le Sénat, la plupart des assemblées législatives et des gouvernorats provinciaux, ainsi que les principales entreprises publiques. Le FCC gouverne officiellement en coalition avec l'alliance Cap pour le Changement (CACH) de Tshisekedi. La condamnation en juin du chef d'état-major présidentiel Vital Kamerhe pour corruption résulte probablement d'un accord entre Tshisekedi et Kabila, et menace d'affaiblir le gouvernement de Tshisekedi, mais il est peu probable qu'elle perturbe l'alliance CACH.Le cabinet du Premier ministre Sylvestre Ilunga est divisé entre la FCC et le CACH, et de nombreux ministres ont des députés de l'autre alliance politique. Il est donc probable que l'élaboration des politiques et la gouvernance soient incohérentes, car les objectifs des ministres et des députés divergent. La FCC détient le ministère des Mines, ce qui atténue les risques de révision et d'examen des contrats miniers antérieurs à 2019, mais ces risques sont plus élevés pour les secteurs des hydrocarbures et des télécommunications, dont les ministères sont détenus par le CACH. Les politiques ambitieuses de Tshisekedi comprennent la régénération des secteurs des hydrocarbures et de l'extraction de diamants, la normalisation des relations avec le FMI, et l'achèvement du projet hydroélectrique Inga III. Nous prévoyons que le PIB réel de la RDC se contractera de 2,4 % en 2020 (sa première contraction depuis 2001), en raison de la baisse de l'activité du secteur extractif due à des fondamentaux mondiaux moins favorables, en particulier le ralentissement économique de la Chine, et à la baisse des prix des matières premières.

Operational Outlook

Des décennies de sous-financement et de négligence ont laissé la RDC avec l'un des pires systèmes d'infrastructure au monde, avec un réseau de transport délabré et un approvisionnement énergétique erratique, malgré la fin de la guerre civile de 1998-2003 et les engagements du gouvernement à améliorer les infrastructures physiques. Le gouvernement et la Banque mondiale font pression pour une plus grande implication des multinationales dans le secteur minier en améliorant son cadre politique, juridique et réglementaire. La corruption, les demandes de double imposition et le chevauchement des revendications d'autorité, en particulier à la suite du redécoupage des frontières provinciales en 2015 et de l'entrée en fonction des nouveaux élus (à partir de 2019), resteront des risques opérationnels importants.

Terrorism

La violence militante reste endémique dans la région des Kivus, mais a diminué dans la région du Kasaï suite à l'investiture du président Tshisekedi en janvier 2019. L'ADF, les FDLR, le CNRD et d'autres militants vont probablement mener des attaques contre les civils, les forces de sécurité et le fret routier dans les régions des Kivus et dans le nord-est de la RDC. Les réductions de la MONUSCO limitent son efficacité loin des bases principales, et elle manque de capacités pour répondre efficacement aux crises violentes dans de nouvelles zones. Les hélicoptères et les petits avions sont les plus exposés aux attaques dans l'est de la RDC, en particulier les avions volant à basse altitude à portée de tirs de petites armes, de mitrailleuses lourdes et de RPG, ou pendant le décollage et l'atterrissage. Les attaques contre les actifs miniers industriels de la région du Katanga sont peu probables.

Crime

La criminalité violente, en particulier les vols à main armée et les invasions de domicile par des groupes criminels et de bandits semi-organisés (qui peuvent porter l'uniforme des forces de sécurité), est devenue plus fréquente dans les zones urbaines (notamment à Kinshasa, Lubumbashi, Kolwezi et Likasi) et le long des grands axes routiers qui les relient, y compris dans le quartier chic de Gombe à Kinshasa. Ces vols font régulièrement des victimes. Les crimes les plus fréquemment signalés sont le vol, le vol qualifié et le vol à la tire, généralement commis par des groupes de jeunes hommes. Des pillages et des vols localisés sont également probables lors de manifestations urbaines peu fréquentes, mais le ciblage violent intentionnel d'expatriés est peu probable, bien que les personnes d'apparence sud-asiatique soient plus exposées à la violence en raison du ressentiment que suscitent les meurtres prétendument racistes de Congolais en Inde et le mauvais traitement que les employeurs sud-asiatiques réserveraient aux employés congolais en RDC. Les risques de kidnapping contre rançon sont modérés pour les locaux, mais restent faibles pour les expatriés à Kinshasa et dans la Copperbelt (région du sud du Katanga). En raison du manque de formation, de supervision et de paiement des salaires, les membres des services de sécurité sont souvent les principaux auteurs de crimes. L'application de la loi dans les zones urbaines est souvent le fait de gangs non officiels qui agissent sans grand respect des procédures légales. Les vols de cargaisons sur les sites miniers de la région du Katanga sont fréquents. En février 2019, les autorités ont annoncé qu'elles avaient saisi plus de 35 000 tonnes de minerais de cuivre et de cobalt volés (probablement dans les mines de Lusuishi et de Lukuni) dans un entrepôt situé sur la route Lubumbashi-Likasi.

Les zones frontalières sont également très exposées au risque de criminalité transnationale, en particulier le long des frontières du Rwanda, de l'Ouganda, du Sud-Soudan, de la RCA et du Burundi. Les groupes militants présentent les risques les plus élevés de vol et d'enlèvement (généralement contre rançon) d'expatriés et de touristes au Nord et au Sud-Kivu, mais constituent également des menaces importantes ailleurs dans l'Est (notamment dans les provinces de l'Ituri et du Tanganyika, et dans les provinces de l'Uele) et dans la région du Kasaï.

War Risks

Une guerre interétatique impliquant la RDC est peu probable, car le nouveau président Felix Tshisekedi cherche à obtenir un soutien régional et international pour son administration, plutôt que de provoquer des conflits externes, tout en travaillant à la consolidation du pouvoir au niveau national. Les incursions militaires angolaises en RDC avec le consentement du gouvernement congolais vont probablement se poursuivre, et il est peu probable qu'elles déclenchent un conflit plus large. Les risques de mutinerie et de tentative de coup d'État, bien qu'improbables, seront accrus si les protestations anti-gouvernementales soutenues (elles-mêmes improbables) coïncident avec le non-paiement des salaires des forces de sécurité. Il est peu probable que les incidents violents impliquant les forces de sécurité ougandaises ou burundaises le long de leurs frontières respectives s'intensifient.

Social Stability

Les protestations de la coalition d'opposition Lamuka ou de l'Église catholique sont peu susceptibles de provoquer des violences, des dommages matériels ou des risques de perturbation importants. Les protestations du parti UDPS du président Tshisekedi sont probables à l'occasion d'événements politiques, tels que des élections et des nominations politiques, lorsque les performances de ses candidats sont mauvaises. Les forces de sécurité contiendront probablement les manifestations à l'écart des quartiers commerciaux et gouvernementaux importants. La violence collective et les émeutes sont plus susceptibles de se développer spontanément à partir de rassemblements publics ostensiblement non politiques, plutôt qu'à partir de manifestations annoncées à l'avance auxquelles les forces de sécurité peuvent se préparer. Des affrontements violents à l'aide de matraques et de machettes sont probables entre les partisans de partis rivaux.

Health Risk

Un certificat de vaccination antiamarile est exigé à l'entrée du pays pour tous les voyageurs.

Systématiquement

Hépatite A : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an. Pour les personnes nées avant 1945, ayant passé leur enfance dans un pays en développement ou ayant des antécédents d'ictère, une recherche préalable d'anticorps sériques (Ig G) peut éviter une vaccination inutile.

Hépatite B : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge de deux mois.

Diphtérie, tétanos, poliomyélite : le vaccin doit être mis à jour si nécessaire (rappel tous les dix ans).

En fonction de la durée et des modalités du séjour

Fièvre typhoïde : si le séjour doit se dérouler dans des conditions d'hygiène précaires (pour les enfants : à partir de l'âge de deux ans).

Rage : pour des séjours prolongés en situation d'isolement (pour les enfants : dès qu'ils sont en âge de marcher).

Pour les enfants : toutes les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français devront également être à jour. Dans le cas d'un long séjour, le BCG est recommandé dès le premier mois et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole dès l'âge de 9 mois.

Paludisme : chimioprophylaxie conseillée contre le paludisme : méfloquine (nom commercial : Lariam) ou doxycycline (nom commercial : Doxypalu).

Natural Risks

L'activité volcanique au Nord-Kivu soumet l'Est du pays à des risques de catastrophes naturelles. Bien que la dernière éruption volcanique substantielle remonte à 2004, de légères éruptions ou tremblements de terre peuvent avoir lieu, comme en août 2015 à Goma et Bukavu.

Par ailleurs, les risques autour du Lac Kivu sont à prendre compte, compte tenu d'une présence importante de gaz méthane et dioxyde de carbone liée à l'activité volcanique de la région.

Transportation

Haute

Au vue du gigantisme du territoire, la voie aérienne est privilégiée pour tout déplacement dans le pays ; néanmoins, la sécurité aérienne y est notoirement très aléatoire si ce n'est négligée. Si diverses grandes compagnies aériennes occidentales opèrent en RDC et ne présentent aucun danger, la totalité des compagnies nationales figurent pour leur part sur la liste noire établie par l'Union Européenne.

Selon les autorités françaises, seul 15% des axes routiers sont praticables et la situation tend à s'aggraver pendant et après la saison des pluies (avril à octobre au nord du pays et de novembre à mars au sud).

La dangerosité des axes routiers est accrue par le non-respect du code de la route par les usagers, le non-entretien des véhicules, la mauvaise qualité des axes et l'absence de structures de soins. L'absence d'éclairage public et le défaut de signalisation font que tout trajet de nuit doit être banni. En dehors des agglomérations, tous les déplacements doivent donc se faire de jour, en véhicule tout terrain (4x4) et muni de réserves suffisantes en eau, en nourriture et en carburant. Il convient également de veiller à ce que le véhicule contienne des pièces mécaniques de rechange (roue, câbles, etc.) et dispose de moyens de télécommunication efficaces.

Les transports publics sont presque inexistants et sont déconseillés.

Le train doit également être évité, le réseau ferroviaire étant peu sûr et très aléatoire.

Des navettes reliant Kinshasa à Brazzaville par le fleuve Congo existent ; toutefois, il est recommandé de s'assurer de la sûreté du service, toutes ne présentant pas les mêmes garanties de sécurité. Sur le lac Kivu, des navettes quotidiennes relient Goma à Bukavu. Des accidents sont parfois signalés.

Practical Information

Climat

Le climat est équatorial au nord avec des pluies abondantes toute l'année (moins importantes de décembre à février) et des températures constantes (26°C). Le climat est tropical humide à l'extrême nord. En allant vers le sud, le climat devient tropical sec avec des saisons plus marquées et une diminution de la durée de la saison des pluies. Au sud, la saison sèche dure environ 6 mois (mai à septembre). Sur les reliefs, le climat est de type alpin en moyenne altitude et la neige est abondante en haut des sommets. A l'embouchure du fleuve Congo, le climat est océanique grâce au courant froid de Banguela (baisse des températures, plus faible pluviométrie).

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 243

Il n'y a pas de service d'urgence dans le pays.

Electricité

Voltage: 220 V ~ 50 Hz

Prises:

Niveau de risque
Critique Haute Moyen Faible Minimale